Un article paru dans Ouest France le 21 décembre 2015 présente l’édition de 2016, la huitième, du festival Si la mer monte.

La 8e édition du festival Si la mer monte, qui a pour objectif de faire “prendre conscience, à l’heure du dérèglement climatique, de la fragilité des côtes en France et dans le monde” aura pour thème principal la Méditerranée et se déclinera autour de trois temps forts : fin mars tout d’abord, une échappée sous forme de soirée scientifique et festive au Triskell de Pont-l’Abbé ; puis une ouverture sur le milieu scolaire (collèges et lycées) par la mise en place d’une exposition à cette même période toujours à Pont-l’Abbé ; et enfin, en point d’orgue, le festival en lui-même, autour de son double volet scientifique et artistique, qui se déroulera comme à l’accoutumé à l’Ile-Tudy, en mai, lors du week-end de la Pentecôte (en photo ci-contre organisteurs bénévoles et élus : (de gauche à droite) Fabienne Signor-Hélias, adjointe en charge des associations à Pont-l’Abbé, le maire de Pont-l’Abbé, Thierry Mavic, Eric Jousseaume, maire de l’Ile-Tudy, Erik Patrix, président Effet Mer, Michèle Buirette, Effet Mer en charge du volet artistique, Françoise Le Bihan, Effet Mer trésorière ; (en arrière-plan de gauche à droite) Gilles Garin, un des fondateurs du festival, Bernard Lainé, Effet Mer en charge du volet scientifique).

Un festival pour informer et divertir
Ce festival, porté par une quinzaine de bénévoles militants regroupés au sein de l’association Effet Mer, est présidé par Erik Patrix qui indique “qu’en 2009, au moment de la première édition du festival Si la mer monte, il n’y avait pas du tout la même médiatisation qu’aujourd’hui autour de la montée des eaux. La COP 21 est passée, les scientifiques ont été entendus” poursuit encore le responsable “et c’est une réussite.” La volonté de l’association est donc de poursuivre sur le long terme cette réflexion engagée et dédiée aux Climats et à ses répercussions, en y associant les élus, les citoyens, dont les jeunes, mais sans porter un message anxiogène. L’idée étant, comme depuis le début de cette aventure, “d’informer et de divertir”. Preuve en est que l’association Effet Mer compte deux vice-présidents, l’un, Bernard Lainé, en charge de la programmation scientifique du festival, l’autre, Michèle Buirette, responsable des temps forts artistiques. Ainsi, même la conférence au Triskell de Pont-l’Abbé fin mars – qui promet d’être de haute tenue – fera la part belle à quelques digressions comiques…

Soirée au Triskell de Pont-l’Abbé sur le thème Climat méditerranée
Ainsi, pour la deuxième année consécutive, le festival effectue une échappée du côté de Pont-l’Abbé et de son centre culturel le Triskell le vendredi 25 mars 2016. Après la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte l’an passé venue parler de la fonte accélérée des glaciers du Groenland, c’est au tour de Philippe Drobinski, directeur de recherche au CNRS au Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) à l’Institut Pierre Simon Laplace de l’Ecole Polytechnique de Palaiseau (91) d’intervenir au sujet des événements climatiques qui affectent le littoral méditerranéen, à savoir les épisodes pluvieux et les crus. Et afin de coller à l’actualité de la COP 21, les organisateurs souhaitent établir une visioconférence, par Skype, avec un intervenant de cette Conférence sur le Climat, en la personne de Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l’Ecologie et président de la Fondation Energies pour l’Afrique ou Nicolas Hulot, de la fondation éponyme et envoyé spécial du Président de la République à la COP 21. Enfin, afin de coller aussi (!) à l’actualité bigoudène, Bernard Lainé, en charge du volet scientifique, a souhaité organiser une table ronde sur “la méditerranéisation du climat” sur nos côtes avec l’expérimentation actuellement en cours d’un cépage 100% bigouden. Sylvie Guerrero, gérante de l’entreprise Chai Nous qui est à l’origine de ce projet, viendra expliquer sa démarche. Un viticulteur méditerranéen apportera également son éclairage. Une fin de conférence plus festive donc mais qui sera tout du long aussi “divertissante, car il faut s’amuser aussi.” témoigne Michèle Buirette. Ainsi, le comédien Anthony Sérazin de la Compagnie Orange Givrée, en incontournable climatosceptique, viendra mettre son grain de sel – ou de folie – au cours de cette soirée et sera “le fil rouge” du festival puisqu’également présent en mai à l’Ie-Tudy.

Exposition à destination des scolaires (collèges et lycées) à Pont-l’Abbé
Pour la première fois, le festival se tourne vers le milieu scolaire afin de sensibiliser collégiens et lycéens au cours d’une exposition qui se tiendra dans le hall du Triskell du mardi 22 au samedi 26 mars. Réalisée par l’ONG Surfrider Foundation Europe, cette mise en scène de 35 m² au sol aborde différents thèmes, notamment le cycle de l’eau et la pollution, ou encore la gestion des déchets aquatiques. En organisant ainsi des temps forts à Pont-l’Abbé, les organisateurs souhaitent, comme l’explique Erik Patrix “s’ouvrir davantage sur le pays bigouden et sur un public jeune”.

En point d’orgue, le festival à l’Ie Tudy en mai avec le Languedoc comme invité
Enfin, en point d’orgue, le festival Si la mer monte en tant que tel, qui se déroulera donc à l’Ile-Tudy, du 14 au 15 mai 2016, avec le soutien total de la municipalité assure Eric Jousseaume, le maire. L’invité sera cette année la région du Languedoc-Roussillon et particulièrement la commune de Vias dans le département de l’Hérault, autour de deux interlocuteurs, le maire de la ville Jordan Dartier et Denis Millet, de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée qui interviendront lors d’une conférence et d’un débat au cours du week-end afin de parler de leur projet, sélectionné au plan national concernant la relocalisation des biens et activités menacés par la submersion marine.
Côté animations et divertissements, Michèle Buirette annonce trois temps forts autour d’une soirée cabaret avec le conteur comédien Pepito Matéo : des arts de la rue avec notamment la fanfare Reuz Bonbons, la Compagnie Sucre d’Orgue, Alain Thomas et son groupe folk ou encore la Compagnie Les Galapiats ; et un bal musette avec Jean Floch et la Compagnie El Kerfi.

A suivre…