philippe-drobinskiCette année, le pourtour méditerranéen est l’invité d’Effet mer au 8e festival Si la mer monte…, les 14 et 15 mai prochains. Les organisateurs ont invité Philippe Drobinski, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et professeur à l’école polytechnique. L’intervention de ce chercheur en climatologie sera un des temps forts de la soirée du 25 mars 2016 au Triskell, à Pont-l’abbé. Dés janvier 2016, Ouest France avait rencontré Philippe Drobinski.

Lors de cette soirée exceptionnelle, Philippe Drobinski reviendra sur les phénomènes pluvieux de plus en plus violents et fréquents sur le littoral méditerranéen et évoquera leur lien avec le réchauffement climatique.

En quoi consiste le projet HyMeX ?
Le projet international HyMeX, d’initiative française, cherche à améliorer la compréhension et la prévision du cycle de l’eau en Méditerranée, avec un intérêt particulier pour les événements hydrométéorologiques intenses qui touchent le pourtour méditerranéen : précipitations intenses, crues éclairs, canicules et sécheresses.
La stratégie du projet consiste à observer et à modéliser le système complexe atmosphère, mer et surfaces continentales. Mais aussi sa variabilité à des échelles de temps allant de quelques heures à plusieurs années.

Quel est actuellement le bilan de ce programme ?
Les campagnes de mesures sur les pluies intenses et crues rapides, ainsi que les mesures hydrologiques, ont permis de documenter les nombreux épisodes de crues qui ont récemment touché les régions méditerranéennes. Le programme est maintenant dans la phase d’analyse des données récoltées.

Qu’avez-vous appris ?
Ces études ont conduit à des progrès significatifs dans la compréhension de la formation des systèmes précipitants et mettent en évidence le rôle clé des différents massifs montagneux de l’arc méditerranéen et des îles, de la mer et des processus orageux eux-mêmes.
Dans le domaine de la prévision de ces événements, les observations permettent de concevoir, d’améliorer de nouveaux outils et méthodes de prévision des précipitations intenses et crues rapides. C’est en particulier le cas du futur système de prévision d’ensemble « Arome », de Météo France, qui sera opérationnel en 2016.

Le lien de ces phénomènes avec le réchauffement climatique est-il avéré ?
Sur la question de l’évolution de ces épisodes méditerranéens majeurs, les simulations climatiques régionales montrent que, globalement, à l’échelle de l’arc méditerranéen, le nombre et l’intensité augmentent avec le réchauffement climatique.
En ce qui concerne les canicules et les sécheresses, les nouvelles projections climatiques confirment des périodes sèches plus longues et des vagues de chaleur plus fréquentes en Méditerranée. L’étude du rôle du sol et de la végétation sur les canicules a montré que l’aridité des sols peut contribuer jusqu’à 40 % sur la sévérité des canicules.
L’abondance ou déficit de végétation peut, respectivement, atténuer ou au contraire accentuer d’environ 10 % la sévérité des canicules. Le rôle des décideurs publics, qui doivent faire face à ces nouveaux scénarii, est déterminant. D’autant plus urgemment que nombre de pays et de régions du monde sont particulièrement vulnérables.

Retrouvez cet article paru le 11 janvier 2016, sur le site de Ouest-France