Artisan d’art, un parcours muséologique d’une douzaine d’années a formé Anh Gloux au dessin technique, à la scénographie, à l’ethnologie maritime. Elle rédige et illustre parallèlement des ouvrages pédagogiques sur le matelotage, l’histoire des pêches, la cuisine du poisson.
Installée en 2000 comme artisan dans le domaine graphique, elle conçoit des objets ludiques : maquettes de papier, poupées peintes à la main, porte-clés flottants…
Depuis 2008, elle travaille  Aux Quat’Sardines  un atelier-galerie situé devant le port de plaisance à Concarneau.

Pour Si la mer monte…, à la Maison de les Pointe, Anh Gloux présentera ses masques vénitiens qui se transforment, sous ses coups de cutter agiles, en Bleiz Mor ou Bleiz Du, loups de mer ou lycanthropes (loups garous).
Quelques centimètres carrés découpés avec humour pour se cacher derrière de langoureuses sirènes, faire de l’œil entre les pinces d’un homard, s’offrir au regard d’autrui sous les traits d’une  chaloupe sardinière…
Une parade nautique entre Venise et la cité bigourdane.

 

Dans Venise la rouge
Pas un bateau qui bouge,
Pas un pêcheur dans l’eau,
Pas un fallot.

– Ah ! maintenant plus d’une
Attend au clair de lune
Quelque jeune muguet,
L’oreille au guet.

Pour le bal qu’on prépare
Plus d’une qui se pare
Met devant son miroir
Le masque noir.

(…)

Alfred de Musset. Dans Venise la rouge, 1844.
(extrait)

Site d’Anh Gloux